> l'AESRA

« Ensemble, nous sommes plus indépendants »

C'est ainsi que l'on peut résumer le sens des interventions faites par l’AESRA.

La solidarité des organisations professionnelles membres de l’association européenne est essentielle pour être en mesure de relever les défis à venir et réussir dans la profession de l’automobile.

Consultée par la Commission européenne à propos de l’évolution du cadre juridique applicable à la distribution et à l’après-vente automobile, l’A.E.S.R.A explique, en 2008, que des dispositions claires et précises sont nécessaires pour répondre aux diverses problématiques et pratiques observées.

>> Télécharger le document correspondant

Ce secteur d’activité revêt des particularités qui impliquent
un dispositif détaillé et complet

  • Les prix des véhicules, des pièces de rechange, des opérations d’entretien et de réparation constituent un budget majeur pour les consommateurs : l’automobile est leur second investissement le plus lourd après l’habitation principale ;
  • Les consommateurs doivent bénéficier d’une liberté de choix effective quant à leur fournisseur ou prestataire, mais également au niveau des produits, en particulier les pièces de rechange ;
  • Mise à niveau des véhicules : les réparateurs indépendants doivent pouvoir réaliser les mises à niveau c’est-à-dire les mises à jour, lors des opérations d’entretien. A défaut, le consommateur se voit contraint d’entretenir son véhicule dans le réseau constructeur pour pouvoir bénéficier de celles-ci ;
  • Opérations de rappel : actuellement, la plupart des consommateurs qui font entretenir leur véhicule chez des réparateurs indépendants ne sont pas informés par les constructeurs des opérations de rappel. De son côté, le réparateur indépendant n’est pas mis au courant, le plus souvent, des opérations de rappel que décident les constructeurs. En outre, de nombreuses opérations de correction sont effectuées dans les ateliers agréés sans que le consommateur en ait connaissance ;
  • L’information technique des constructeurs est difficile à acquérir : elle n’est pas complète ou bien elle est diffusée avec retard et à des prix exorbitants. Même la formation organisée par les constructeurs tend à « réserver » l’information technique aux membres des réseaux. Dans la plupart des cas constatés, on observe que par toutes sortes de comportements subtils de la part des constructeurs, l’obligation de diffuser l’information technique est vidée de son contenu. Afin de rendre effectif l’accès à l’information technique, il importe de favoriser l’utilisation d’appareils génériques multimarques.

Consulter des exemples des problèmes actuels sur le terrain

<< Près de 20 ans d'actions

L'AESRA et la concurrence >> 

dimanche 26 mars 2017