> l'AESRA

Près de 20 ans d’interventions

L'AESRA, un atout majeur pour les instances européennes :

  • Le 8 octobre 1994, lors de la conférence de constitution de l’association européenne, réalisée grâce à une subvention de la Commission européenne Direction Générale des entreprises, les participants ont adopté une position commune pour encourager la formation permanente des salariés et promouvoir la coopération entre les centres de recherche et les artisans de l’automobile pour le transfert de technologie. La liberté d’accès à l’information technique a été revendiquée pour rendre effective la liberté d’entreprendre et celle du consommateur de choisir le garage.
  • Le 25 avril 1995, le Commissaire Karel van Miert, c’est-à-dire la plus haute autorité en Europe chargée à l’époque de préserver la liberté de concurrence, a reçu les représentants de l’association européenne et leur a confirmé qu’il prenait en considération leur revendication ; Karel van Miert a fait insérer dans le Règlement européen d’exemption des accords sur la distribution et l’après-vente automobile l’amendement présenté par l’AESRA sur l’interdiction pour le constructeur automobile de refuser l’accès à l’information technique nécessaire aux réparateurs hors réseau constructeur (c’est-à-dire les MRA).
  • Les 8 et 9 juin 1995, la Commission européenne a invité l’AESRA à intervenir à la Conférence Partenariat 95 à Stockholm ; elle a déclaré que cette association était une pratique exemplaire de coopération transnationale de PME du secteur automobile ; elle a reconnu que les entreprises artisanales de la réparation avaient des atouts à faire valoir : leur tradition de qualité, leur capacité à réparer plusieurs marques et à fournir un service de proximité adapté aux attentes du consommateur.
  • En 1997 et 1998, les représentants de l’AESRA ont rencontré, au Parlement européen, le Vice-président Willi Rothley et le Rapporteur M. Manuel Medina Ortega pour “l’Eurodesign” (libéralisation des pièces de rechange) parce que les dispositions étaient en cours de négociation entre le Parlement européen et le Conseil des Ministres.
  • En 1997, 1998 et 1999 le projet appelé “Euromecanic” présenté par l’AESRA a été sélectionné trois fois par la Commission européenne en raison de l’opportunité qu’il représentait pour les réparateurs automobiles de se rendre sur place dans les ateliers et centres de formation d’autres pays pour échanger des informations et comparer le savoir-faire d’autres professionnels depuis la Finlande jusqu’au sud de l’Espagne.

À chaque modification du règlement d’exemption des accords sur la distribution et l’après-vente automobile, ainsi que pour les autres dispositions européennes concernant le secteur automobile (exemple : Réglement d'exemption de 2002 et 2010), l’AESRA plaide pour une approche « gagnant – gagnant », afin d’assurer la compétitivité des entreprises et garantir un service de proximité au consommateur. Les diverses directions générales de la Commission européenne, dont le rôle est d’œuvrer pour un marché de l’après-vente automobile ouvert et transparent sont saisies et des entretiens sont régulièrement organisés.

 <<  Présentation de l'AESRA

Les interventions de l'AESRA  >> 

vendredi 18 août 2017